dimanche 16 février 2020

Feuillet paroissial 16 février 2020


Attività parrocchiali     -      Activités paroissiales
1.Il vostro contributo domenicale e della decima sono importanti per il buon andamento della parrocchia. Siate generosi!

2. Sabato 29 febbraio (ore 18:00)  siete tutti invitati ad una cena con  polenta e salsiccie. Una delizia che vi costerà soltanto 25$ (e :$10 per i giovani sotto i 12), con in più il piacere di trascorrere una bella serata in buona compagnia. Non fatevi  rincrescere i qualche soldi che oltretutto servono ad aiutare la vostra parrocchia. Biglietti in vendita in chiesa, prima o dopo le messe.    
1.Votre contribution du dimanche et de la Dîme sont importants pour la bonne santé de la paroisse. Soyez généreux !

2.Samedi 29 février (18h00) vous êtes invités à un souper polenta et saucisse au prix de $25 et de $10 pour les jeunes en bas de 12 ans,. Une belle occasion pour passer  quelques agréables moments en bonne compagnie. Les billets sont en vente à l’église (Lise), avant et après la messe du dimanche, ou au secrétariat de la paroisse.



«  Che  la vostra bontà sia grande ed il vostro amore intenso... » 

Il cristiano è prima di tutto il discepolo di Gesù, non colui che adempie la legge. I farisei erano ossessionati dalla realizzazione letterale e minuziosa della legge; ma ne avevano completamente perso lo spirito. Di qui la parola di Gesù: “Se la vostra giustizia non supera quella degli scribi e dei farisei...”.
L’amore non è prima di tutto un sentimento diffuso per fare sempre quello di cui abbiamo voglia, ma al contrario il motore del servizio del prossimo, secondo i disegni divini. Ed è per questo che Gesù enumera sei casi della vita quotidiana - noi vedremo oggi i primi tre - in cui si manifesta questo amore concreto: la riconciliazione con il prossimo, non adirarsi, non insultare nessuno, non commettere adulterio neanche nel desiderio, evitare il peccato anche se vi si è affezionati come al proprio occhio o alla propria mano destra, non divorziare da un matrimonio valido...
Il contrasto con i criteri che reggono il mondo attuale non potrebbe essere maggiore. Per quali valori i cristiani scommetterebbero? Ancora una volta siamo confortati dalla affermazione di Cristo: “Il cielo e la terra passeranno, ma le mie parole non passeranno”. ( Lachiesa.it)
Être libre!  Est-ce vraiment possible?
Liberté! C'est le mot qui a galvanisé des peuples entiers pour s'affranchir de bien des misères: nous venons de le constater avec des nations comme la Syrie, l'Iran, et bien d'autres nations. Cependant, la liberté ne signifie pas que tous et toutes peuvent faire à leur guise sans tenir compte de son voisin et des autres.
Jésus est venu appeler à la liberté mais en donnant quelques balises ou cadre de référence pour soutenir cette liberté. Balises qui seront comme des antithèses à son grand discours sur le bonheur qu'on appelle les BÉATITUDES ou chartre du bonheur.
Jésus énumère des pistes d'orientation: pas de meurtre, pas d'adultère, pas de répudiation, pas de faux serments. Donc, il ne s'agit pas d'une liberté tout azimut mais d'une liberté qui se fonde sur l'amour de Dieu et le respect de son frère et de sa sœur. Jésus vise la transformation du cœur, source des sentiments sous-jacents à toute action. Jésus propose à ses disciples d'être libres de la même manière que lui; il les invite à se surpasser dans l'accomplissement des relations humaines d'une exceptionnelle qualité.
Pour être libres comme Jésus, il faut faire totalement confiance à Dieu, car s'abandonner à Dieu devient un puissant agent de libération. Il nous donne d'ouvrir l'esprit et le cœur et de considérer que ce qui est important pour le Seigneur, c'est l'amour non restrictif et illimité. Bien sûr, cette liberté se construit aussi avec l'aide des autres. (Maurice Comeau, ptre)



Messes du 16 au 23 février 2020




Dimanche       16  fevrier  -  6e Dimanche temps ordinaire - 
9h30                Virgilio d’Aguanno, dalla moglie Lucia; Antonio Torchia, da Maria Torchia; Antonio Sandonato, dal figlio Salvatore e Eva; Michele Cioffi, dalla moglie Paqualina; Gioconda Rannellucci, dal figlio Guglielmo; Sonia Amoruso, dalla nonna ;  Armando e Teresa Stangoni, da Marisa e famiglia .
11h00            Giuseppe Isola, dalla famiglia.

Lundi             17 février     Férie-
8h30                 Michele Cioffi, da Rosa Pascarella.
19h30              Messa commemorativa per  Michele Cioffi, dalla famiglia.

Mardi              18 février  - Férie -
8h30                Nonni e  zii Giusti, da Paola Celani.
14h00              Heure d’adoration .

Mercredi        19  février  - Férie -
8h30                Giovanni Ferretti,  par Serafino et Maria Palanca;
Henri Tewfik, de Viviane.

Jeudi              20 février  - Férie -    
8h30                In onore di Santa Agata, da Anna Torchia.

Vendredi        21 février    -  Férie -
8h30                Gioconda Veloce Ranellucci,  o.f.

Sabato            22 Février – Chaire de Saint Pierre  
11h00              Messa commemorativa per   Rosa Taibi Moncado. 

Dimanche       23  fevrier  -  7e Dimanche temps ordinaire - 
9h30                Antonio Evangelista, dalla moglie e figli; Giuseppe Isola, dalla sorella Maria Grazia; Anna Bavota e Blandine Fournier, da Rosa Pascarella; Virgilio D’Aguanno e defunti, dalla moglie; Armando e Teresa Stangoni, da Elia e Franco Piccinini.
11h00            Venerande Niyonzima et  Joseph Mponyoye, de Pacelli Rukundo;  Odette Arif, de Farida..
  
Quête de dimanche dernier : $ 947   
Merci !!!  Grazie !!!


lundi 10 février 2020

Feuillet paroissial 9 février 2020


Attività parrocchiali     -      Activités paroissiales
1.Il vostro contributo domenicale e della decima sono importanti per il buon andamento della parrocchia. Siate generosi!

2. Non dimenticate de fare celebrare delle messe per i vostri defunti per il 2020. Fa bene a loro, fa bene a voi e fa bene anche alla parrocchia !
1.Votre contribution du dimanche et de la Dîme sont importants pour la bonne santé de la paroisse. Soyez généreux !

2. N’oubliez pas de faire célébrer des messes pour vos défunts en 2020. C’est bon pour eux, c’est bon pour vous et c’est bon aussi pour la paroisse !

«VOI SIETE SALE, VOI  SIETE LUCE...»

Se metto un grosso cucchiaio di sale nella minestra,  sarà immangiabile. Ce ne vuole solo un pizzico, che basta ad insaporirla. O, senza utilizzare un’immagine, anche se non ci sono che pochi uomini a sopportare con buon umore, bontà e indulgenza le debolezze del loro prossimo (e le loro, in più!), a non essere solo preoccupati di imporsi, di perseguire i propri scopi e i propri interessi, questo pugno di uomini ha la possibilità di cambiare il proprio ambiente, contribuendo a che il nostro mondo resti umano. Il nostro mondo sarebbe povero, inumano e freddo se non ci fossero uomini che danno prova di questa cordialità e di questa generosità spontanee.
Essere il sale della terra: siamo abbastanza fiduciosi per credere al carattere contagioso della bontà? O ci accontentiamo di temere il potere contagioso del male? Un pizzico di sale basta a dare gusto a tutto un piatto.
Ognuno di noi, anche se si sente isolato, ha la fortuna di poter cambiare il clima che lo circonda! Gesù ci crede capaci: voi siete il sale della terra, voi siete la luce del mondo! Lo siamo?  (Lachiesa.it)

Je suis important !
« C’est agréable d’être important, mais plus important d’être agréable ».
Il nous arrive de trouver agréable d’être important au sein de l’entreprise pour laquelle nous œuvrons. Cette importance flatte notre besoin d’être reconnu dans les défis à relever, les objectifs à atteindre. Cette fierté se transforme quelques fois en orgueil.
Ce besoin d’être reconnu devient moins important au fil des âges et cède la place au besoin de réalisation : utilisation de nos talents, de nos capacités au service des autres. Les façons d’être agréable à l’autre sont nombreuses. Il suffit d’être attentif à ce qui se passe autour de soi.
Je trouve important d’être agréable lorsque:
o   Je suis à l’écoute de celui qui a besoin de se dire. L’attention que je porte à l’autre lui révèle l’importance qu’il a pour moi.
o   Je mets mes capacités au service de mes semblables. Parce que je suis différent par mes talents, je peux être utile aux autres.
o   Je me rends disponible pour assumer une tâche au sein d’un mouvement, d’une association. Ce que j’assumerai rendra moins pénibles et moins lourde la responsabilité de l’autre.
o   J’accueille la conversation de l’autre même si je ne suis pas en accord avec lui. L’amitié de quelqu’un vaut-elle plus que la contrariété momentanée que je peux vivre ? La vérité est-elle toute de mon côté ? L’autre a-t-il entièrement tort ?
o   Je me réjouis du succès remporté par une personne qui a relevé un défi personnel pour mener une tâche à terme; je l’en félicite sincèrement. Ce qu’une personne accomplit, elle le réalise du mieux qu’elle peut, et c’est cela qui est louable. (Raymonde Lapointe)
o   En cette fête de la St-Valentin, c’est le temps de pratiquer…



Messes du 9 au16 février 2020


Dimanche       9 fevrier -  5e Dimanche temps ordinaire - 
9h30                Al Sacro Cuore di Gesù, da Anna Torchia; Adelaide Francescangeli, da Anna e Henri Tassé; Gino Campanelli (1 ann.decesso) dalla moglie; Sisto Palucci, dalla moglie Rosa; Giuseppe Iaciofano, dalla moglie e figli; Michele Cioffi, dalla moglie Paqualina; Graziano D’Alesio, da Fausta; Felice Di Stefano, dal cognato.

11h00            Remilde Guaiani, dalla sorella ; Giuseppe, Rachele e Petro Isola, dalla famiglia; aux intentions de la famille d’Émilienne Bélem pour service rendu, de Lise.  

Lundi             10 février     Férie-
8h30                Pietro Tamburro, dai cugini;

Mardi              11 février  - Férie -
8h30                Immacolata Vigone, da Lucia.
14h00              Heure d’adoration .

Mercredi        12  février  - Férie -
8h30                Nicola Romano, da Di Ciero Mario .

Jeudi              13 février  - Férie -    
8h30                Antonietta Piccioni, da Lucia.
19h00              Messa commemorativa per Antonio Venturella, (88 annni) deceduto in Germania il 26 gennaio 2020,

Vendredi        14 février    -  Sts Cyrille et Méthode, évêques -
8h30                Eugenio Fiori, o.f.
                       
Dimanche       16  fevrier  -  6e Dimanche temps ordinaire - 
9h30                Virgilio d’Aguanno,dalla moglie Lucia; Antonio Torchia, da Maria Torchia; Antonio Sandonato, dal figlio Salvatore e Eva; Michele Cioffi, dalla moglie Paqualina; Sonia Amoruso, dalla nonna; Giannetto De Bellis, dalla moglie.

11h00            Giuseppe Isola, dalla famiglia.
  
Quête de dimanche dernier : $   1280

Merci !!!  Grazie !!!

mardi 4 février 2020

LE SALUT POUR TOUS LES PEUPLES

 (La Présentation du Seigneur au Temple – Lc 2, 22-40)

On appelle traditionnellement la fête de la Présentation, la fête de la Chandeleur, ou fête des chandelles. À l’origine, c’était une fête païenne associée à la lumière et à la fécondité, où l’on demandait aux divinités de purifier les champs au moment où commençaient les semailles d’hiver.
 Au Ve siècle, la fête de la Chandeleur est reprise par l’Église qui la transforme en fête de la Présentation de Jésus au Temple, alors que l’Église orthodoxe l’appellera la fête de la Rencontre.

Dans l’A.T., selon la loi de Moise, l’enfantement contaminait la mère, en la rendant « impure » et donc inapte autant à la vie sociale qu’à la vie religieuse. Elle était obligée de vivre pendant 40 jour dans la ségrégation. A la fin de cette quarantaine, elle devait se rendre au temple et payer une rançon aux prêtres pour sa purification et le rachat de son enfant premier-né qui, en principe, était propriété de Dieu.  
La présentation de l’enfant au Temple n’était pas requise par la Loi ; elle ne concernait que la mère (Lv. 12,1-8). En la rapportant, Luc veut indiquer le zèle avec lequel les parents de Jésus s’acquittent de leur tâche et il en profite pour donner une catéchèse sur le sens de la présence de Jésus au milieu de son peuple et dans notre monde.

Il ne faut cependant pas chercher dans ce récit une logique narrative, ni la documentation d’un fait historique. Dans ce texte de Luc, comme dans les autres décrivant la naissance de Jésus, tout est construction symbolique qui a comme but d’offrir à la réflexion et la contemplation émerveillée des chrétiens de son temps un Jésus déjà transfiguré, sublimé par la foi et l’admiration des croyants, ainsi qu’une catéchèse sur le sens de sa mission et la valeur de sa présence dans notre monde.

Il vient juste de rentrer dans le Temple pour être déposé entre les mains de Dieu – raconte Luc - que l’enfant Jésus tombe aussitôt dans les mains d’humains qui se l’arrachent, pour le garder dans leurs bras et le serrer contre leur cœur. Par ce détail, l’évangéliste veut faire comprendre que Jésus n’est pas là, en réalité, pour être donné à Dieu, au Temple, ou à la religion, mais à l’homme. Il est là pour que chaque humain puisse un jour trouver en cet enfant et à travers cet enfant, illumination, libération et salut.

Dans ce récit, Luc veut donc présenter Jésus comme un être capable de donner espoir et plénitude de vie à tous ceux qui lui font confiance et qui ont le courage de le suivre sur les chemins souvent tourmentés, difficiles et dangereux de leur vie.

En effet, ici Jésus n’est pas accueilli par les prêtres, mais par deux mystérieux personnages sans rôle, sans statut, sans importance, macérés par la vie, amoureux de Dieu, vieillis et sculptés par l’attente et le désir de pouvoir un jour assister au surgissement d’un monde nouveau.

Cet enfant semble être pour Siméon et Anne un don du Ciel surgi de l’épaisseur de notre race. Ils ne cherchent pas et ils n’attendent pas un Dieu, mais un homme. Un humain qui soit comme nous et l’un d'entre nous. Un homme donné aux hommes et pour les hommes. Cet enfant que les deux vieillards serrent dans leurs bras est une créature faible, fragile, vulnérable comme tous les humains, mais c’est pour cela et à cause de cela qu’il pourra devenir leur sauveur et libérateur.

Pour Luc, les premiers destinataires de la libération et du salut apportés par cet enfant ne sont donc pas les prêtres du Temple, les spécialistes du sacré, ou ceux qui sont déjà heureux et satisfaits de leur religion, mais tous les autres. Siméon désigne en effet l’enfant Jésus comme un salut préparé à la face de tous les peuples et comme une lumière pour les « païens ».

 Ce qui veut dire que, pour l’évangéliste, Jésus est là pour tous les humains à quelque peuple et culture qu’ils appartiennent. Il est là pour tous les humains qui s’agitent, qui se fatiguent, qui en arrachent, qui souffrent, qui angoissent. Il est là pour être autant pierre d’achoppement, objet de scandale, signe de contestation, que grâce et occasion de relèvement, de transformation, de renouveau et, finalement, de salut pour tous. Il est là pour tous ces hommes et ces femmes qui, aujourd’hui encore, dans notre monde moderne, au-delà des religions et en dehors des religions, cherchent un nouveau sens à leur vie, une illumination et une « consolation » que la religion ne réussit pas ou ne réussit plus à leur donner.

Chacun de nous cherche en effet lumière et consolation dans sa vie. Et voici que l’évangile de ce jour nous dit que l’illumination, la délivrance et la consolation sont collectives, et non pas individuelles. Dans les évangiles et dans la pensée chrétienne primitive, Jésus n’est pas tellement là pour me sauver, mais pour nous sauver. La notion évangélique et chrétienne de « salut » a toujours été « catholique », c’est-à-dire, universelle, collective, englobante, et planétaire. C’est tous ensembles que nous nous sauverons ou c’est tous ensembles que nous périrons.

Je ne peux pas être en santé, libre, prospère, heureux tant que d’autres ne le sont pas avec moi. La consolation, le salut et le bonheur ne sont pas des biens que je peux obtenir tout seul, mais pour être valables et durables, ils doivent toujours être acquis « ensemble ». Et cela n’a jamais été aussi vrai que maintenant.

Sur notre Planète commune, aujourd’hui plus que jamais, c’est ensemble, en réunissant nos forces, nos efforts, nos sacrifices, notre savoir-faire, nos techniques, que  nous réussirons à faire face aux défis et aux dangers qui nous guettent. Ensemble nous nous nous réjouirons ou ensemble nous pleurerons. Ensemble nous vivrons ou ensemble nous périrons. Cela dépendra de si, oui ou non, les hommes de notre temps seront capables de configurer leurs actions sur le comportement sensible, altruiste et amoureux de Jésus de Nazareth.

Dans cette Eucharistie nous prierons le Seigneur pour que cela se produise dans nos vies et dans celles des tous les autres.

MB - 27 janvier 2020  

lundi 3 février 2020

Feuillet paroissial 2 février 2020


Attività parrocchiali     -      Activités paroissiales
1.Il vostro contributo domenicale e della decima sono importanti per il buon andamento della parrocchia. Siate generosi!

2. Non dimenticate de fare celebrare delle messe per i vostri defunti per il 2020. Fa bene a loro, fa bene a voi e fa bene anche alla parrocchia !
1.Votre contribution du dimanche et de la Dîme sont importants pour la bonne santé de la paroisse. Soyez généreux !

2. N’oubliez pas de faire célébrer des messes pour vos défunts en 2020. C’est bon pour eux, c’est bon pour vous et c’est bon aussi pour la paroisse !

GESU OFFERTO A DIO  NEL TEMPIO – FESTA DELLA  LUCE  (LA CANDELORA)

Maria e Giuseppe portano Gesù al tempio per presentarlo al Signore, ma non fanno nemmeno in tempo a entrare che subito le braccia di un uomo e di una donna se lo contendono: Gesù non appartiene al tempio, egli appartiene all'uomo. È nostro, di tutti gli uomini e le donne assetati, di quelli che non smettono di cercare e sognare mai, come Simeone; di quelli che sanno vedere oltre, come Anna, e incantarsi davanti a un neonato, perché sentono Dio come futuro. Gesù non è accolto dai sacerdoti, ma da un anziano e un'anziana senza ruolo, due innamorati di Dio che hanno occhi velati dalla vecchiaia ma ancora accesi dal desiderio. È la vecchiaia del mondo che accoglie fra le sue braccia l'eterna giovinezza di Dio. Lo Spirito aveva rivelato a Simeone che non avrebbe visto la morte senza aver prima veduto il Messia. La tua vita non si spegnerà senza risposte, senza incontri, senza luce. Verrà anche per me il Signore, verrà come aiuto in ciò che fa soffrire, come forza di ciò che fa partire. Io non morirò senza aver visto l'offensiva di Dio, l'offensiva del bene, già in atto, di un Dio all'opera tra noi, lievito nel nostro pane.
Simeone aspettava la consolazione di Israele. Lui sapeva aspettare, come chi ha speranza. Come lui, il cristiano è il contrario di chi non si aspetta più niente, ma crede tenacemente che qualcosa può accadere. Se aspetti, gli occhi si fanno attenti, penetranti, vigili e vedono: ho visto la luce preparata per i popoli. Ma quale luce emana da questo piccolo figlio della terra? La luce è Gesù, luce incarnata, carne illuminata, storia fecondata. La salvezza non è un opera particolare, ma Dio che è venuto, si lascia abbracciare dall'uomo, mescola la sua vita alle nostre. E a quella di tutti i popoli, di tutte le genti... la salvezza non è un fatto individuale, che riguarda solo la mia vita: o ci salveremo tutti insieme o periremo tutti. (P. Ermes  Ronchi)

SE DONNER À DIEU À LA SUITE DE JÉSUS

 Le récit de la Présentation au Temple manifeste que l’existence de Jésus appartient à Dieu. Appartenir à quelqu’un, c’est être dans une situation de dépendance, voire d’esclavage. Mais il n’en va pas ainsi dès lors que l’appartenance est vécue vis à vis de Dieu, car Dieu vit toute relation avec un désintéressement absolu. Ainsi, lui appartenir, c’est entrer dans une dynamique de gratuité. Dieu libère celles et ceux qui se consacrent à lui en leur donnant d’expérimenter cette gratuité dans laquelle il nous a créés par amour. Le vieillard Siméon reconnaît ainsi en la consécration de cet enfant la gratuité du salut que Dieu nous offre.
La prophétesse Anne quant à elle chante les louanges de Dieu et désigne l’enfant à tous les porteurs d’espérance. L’Esprit Saint a conduit l’un et l’autre à reconnaître la gratuité de Dieu en cet enfant de pauvres. Dans notre société qui n’a plus besoin de la religion et qui se fonde de plus en plus sur des rapports marchands, la vie du chrétien est appelée à être signe de cette gratuité sans laquelle il n’existe ni amour, ni liberté authentiques. Témoigner de la liberté : Cette appartenance à Dieu a pourtant ses exigences. C’est ce que prophétise le vieillard Siméon à Marie : « cet enfant sera un signe de division. Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. » Si la gratuité est chemin de liberté, c’est à travers des dépouillements, des séparations qui sont parfois de véritables de mort.. Se donner  à Dieu à la suite de Jésus, c’est consentir à une forme de mort  pour vivre de la vie de Dieu. Celui qui est ainsi libéré par le Christ de cette peur de la mort peut risquer sa vie dans le don de soi. Marie elle-même a fait cette expérience en éprouvant la blessure du cœur au pied de la Croix. Cette blessure est une composante de l’amour. Elle libère l’affectivité de sa possessivité spontanée et rend capable d’une authentique offrande de soi (Fr. Olivier-Marie)

vendredi 24 janvier 2020

Feuillet paroissial 26 janvier 2020


Attività parrocchiali     -      Activités paroissiales
1.Il vostro contributo domenicale e della decima sono importanti per il buon andamento della parrocchia. Siate generosi!

2. Non dimenticate de fare celebrare delle messe per i vostri defunti per il 2020. Fa bene a loro, fa bene a voi e fa bene anche alla parrocchia !
1.Votre contribution du dimanche et de la Dîme sont importants pour la bonne santé de la paroisse. Soyez généreux !

2. N’oubliez pas de faire célébrer des messes pour vos défunts en 2020. C’est bon pour eux, c’est bon pour vous et c’est bon aussi pour la paroisse !
Eccoci, Signore!

Venite dietro di me, ci ripete, oggi, il Signore. Anche se non ne siamo degni, anche se abbiamo affondato i nostri sogni nel profondo del mare dell'abitudine, anche se ci siamo rasseganti a restare con le reti vuote. Venite dietro di me, ci dice colui che ci conosce fino in fondo. Il solo, forse, che ci conosce. Il solo che ci ama senza condizioni, senza misura, senza tentennamenti. Si fida di noi, di me. Potrebbe farne a meno, ma chiede il nostro aiuto. Il mio.

Ha un obiettivo. Ha bisogno di pescatori di umanità in tutte le periferie con cui veniamo a contatto. Forse non partiremo mai per le missioni estere. Né troveremo tempo e coraggio per fare volontariato. E la nostra vita si consumerà tutta intorno a quella piccola barca, senza trovare veramente il coraggio di andare. Ma che importa? Se sapremo tirar fuori tutta l'umanità che portiamo nel cuore.
Lasciando la casa di nostro padre, cioè le nostre esperienze precedenti. Abbandonando le reti, cioè i legami, invece di passare il tempo a riannodarli. Discepoli liberi per creare uomini e donne liberi, infine.

Venite dietro di me,.per scoprire la  forza dell’amore , l’amore come unica e somma legge che regola l'Universo e le nostre vite. L'amore che regge ogni cosa. E l'amore, allora guarisce. Gesù parla e la sua Parola guarisce, mi guarisce, ci guarisce. Perché è una Parola creativa, nuova e inattesa, gravida e feconda. Venite dietro di me!
Eccoci, Signore, se ancora ci vuoi,fragili e deboli, feriti e claudicanti, ma eccoci. Eccoci, Signore, fragili come Pietro e Andrea, come Giacomo e Giovanni, eppure ancora disposti a diventare pescatori di umanità, a far germogliare tutta l'umanità che portiamo nel cuore e che tu hai onorato e santificato diventando uomo. (Paolo Curtaz)

Répondre à l’appel
Un thème nous invite à faire l’unité autour de la Parole de Dieu de ce dimanche.
C’est celui de la réponse à l’appel du Seigneur. Cela s’exprime de toutes sortes de formes mais prends toujours sa base dans la prière et la réflexion.
Nous sommes interpellés par la Parole de Dieu et par les événements qui l’actualisent pour nous.
C’est important et, à partir de cette année, le Pape François a choisi, de faire du troisième dimanche du temps ordinaire, celui de la Parole de Dieu.
Cette invitation à approfondir les textes de l’Écriture, propose aussi de les rendre présent pour nous et les autres, et est donc fondamentale au cœur de toute vie chrétienne.
Ce n’est pas nouveau mais le fait d’en faire un dimanche indique le souci du Pontife.
En réponse à l’appel, Pierre, André, Jacques et Jean ont suivi Jésus comme apôtres en laissant toutes leurs autres préoccupations de côté.
Paul, dont la célébration liturgique de la conversion était célébrée le 25, a répondu différemment à la rencontre avec le Christ. Mais lui aussi a impliqué toute sa vie.
Dans l’histoire nous découvrons de multiples modèles de rencontres du Seigneur et de façons de Le suivre mais c’est toujours la Parole qui a animé les personnes.
En ce début de 2020, nous avons peut-être pris des résolutions concernant notre santé physique ou spirituelle, mais le plus important demeure la réponse à l’appel de notre Dieu.
Le chant, bien connu, de Robert Lebel, Seigneur, que veux-tu que je fasse, exprime bien le désir de découvrir, pour chaque personne, quelque soient l’âge et la condition de vie, la réponse personnelle.
Cela implique nécessairement une forme de conversion, convertissez vous car le Royaume des cieux est là, nous dit Saint Matthieu.
Daniel Gauvreau